Stéphanie Chagnon

L’USINE INTELLIGENTE, GAGE DE COMPÉTITIVITÉ DE FRUIT D’OR
Stéphanie Chagnon, Vice-présidente à l’exploitation
Stéphanie Chagnon
Vice-présidente à l’exploitation
L’USINE INTELLIGENTE, GAGE DE COMPÉTITIVITÉ DE FRUIT D’OR
Fruit d’Or a saisi l’occasion d’entreprendre un virage 4.0 lorsque son usine de Notre-Dame-de-Lourdes a été ravagée par les flammes, il y a deux ans. Un virage sur les chapeaux de roue qui a ouvert de belles perspectives à ce chef de file des produits à base de canneberges et de bleuets.

« Plusieurs de nos usines étaient déjà automatisées depuis de nombreuses années et nous nous intéressions déjà aux systèmes qui nous permettraient de connecter notre équipement pour passer au 4.0, précise Stéphanie Chagnon, vice-présidente à l’exploitation. Toutefois, l’aménagement de nos installations existantes et l’âge de nos machines ont longtemps limité le passage à l’usine interconnectée. »

Entrevues - Entretiens avec experts - Manufacturiers Innovants

Un virage rapide

Lorsque son usine de Notre-Dame-de-Lourdes est rasée par un incendie, en 2015, l’entreprise décide de la remplacer par une usine intelligente à Plessisville. « Nous avons pris le virage 4.0 de façon peu orthodoxe et assez brutale, fait remarquer Stéphanie Chagnon. Tandis qu’une partie de notre équipe continuait à fabriquer nos produits chez des compétiteurs qui avaient accepté de nous accueillir,une autre se consacrait entièrement au projet de construction. »

Fruit d’Or avait des objectifs de croissance ambitieux : faire passer la quantité de canneberges qu’elle transformait de 32 à 60 millions de kilos. Ainsi, lorsque l’incendie est venu précipiter les choses, l’entreprise avait largement engagé la réflexion. « Nous avions mis en place une veille technologique en prévision de futures améliorations, ce qui nous a permis de choisir rapidement l’équipement qui répondait le mieux à nos besoins », précise Stéphanie Chagnon. 

Neuf mois plus tard, l’usine était bâtie, la chaîne de production principale démarrait et Fruit d’Or innovait en transformant un équipement conçu pour produire des patates frites en séchoir à canneberges!

Nous produisons 50 % plus rapidement et nous avons des produits de meilleure qualité. Mais, le bénéfice le plus important de cette usine est qu’elle renforce notre compétitivité.

Un changement draconien

Avec sa nouvelle usine, Fruit d’Or est passée d’un procédé ouvert à un procédé fermé et autogéré. « Il s’agit d’un changement important, souligne Stéphanie Chagnon. C’est un peu comme faire voler un jet en se fiant uniquement à des systèmes électroniques hautement sophistiqués, après avoir piloté un avion de brousse manuellement, en voyant le sol et le ciel. »

L’usine intelligente de Fruit d’Or est formée d’un réseau d’automates interconnectés. Un premier niveau d’automates contrôle l’ensemble des services : consommation d’énergie, gestion de l’eau et circulation de l’air, notamment. Un second niveau contrôle et relie l’équipement des chaînes de production. « Les interfaces qui gèrent ces équipements nous donnent une vision globale de ce qui se passe dans l’usine, explique Stéphanie Chagnon. Avec une tablette intelligente, on peut suivre l’ensemble du procédé ou cibler une des interfaces, même à partir de la maison. On peut, par exemple, savoir précisément à quelle vitesse l’eau circule dans un équipement. »

Ce haut niveau d’interconnexion a un impact très positif sur la sécurité alimentaire, car tout est contrôlé par des systèmes d’une grande précision. « Nous estimons avoir investi autour de 3 M$ en programmation, ajoute Stéphanie Chagnon. La recette de chacun de nos produits, par exemple, est préprogrammée, ce qui nous assure une qualité constante. »

La force des données

Quelque 500 capteurs, installés un peu partout dans l’usine, collectent des données qui sont conservées sur des serveurs. Ces données permettent notamment à l’entreprise d’analyser ses procédés et son équipement et de constamment les perfectionner.« Nous travaillons présentement à améliorer les performances de notre séchoir, ajoute Stéphanie Chagnon. Les données ont servi à concevoir des algorithmes qui sont entrés dans l’intelligence artificielle du séchoir pour lui permettre de s’autoréguler. Il pourra, par exemple, choisir de fermer ou d’ouvrir ses clapets en fonction de l’humidité des fruits et de l’humidité ambiante. »

Pour que l’intelligence artificielle du séchoir puisse passer à un niveau supérieur, on placera bientôt des caméras à différents points de contrôle. Les données recueillies serviront à développer de nouveaux algorithmes pour permettre au séchoir de reconnaître un plus grand nombre de situations différentes, d’être plus autonome et plus précis. 

Des avantages indéniables 

Avec son usine intelligente, Fruit d’Or a diminué les temps d’arrêt, augmenté les économies d’énergie et doublé sa capacité de production, tout en diminuant son impact sur l’environnement. « Nous produisons  50% plus rapidement et nous avons des produits de meilleure qualité, ajoute Stéphanie Chagnon. Mais, le bénéfice le plus important de cette usine est qu’elle renforce notre compétitivité. Elle nous permet de demeurer le leader des procédés de traitement des petits fruits. »

L’entreprise réussit également à dégager la marge de manœuvre nécessaire pour se diversifier. « Nous pouvons investir temps et argent dans de nouvelles chaînes de production pour percer et croître dans de nouveaux créneaux. Notre objectif : que plus de 40 % de notre chiffre d’affaires provienne de produits autres que la canneberge séchée.  Avec une gamme plus large, Fruit d’Or se démarquera davantage et sera de plus en plus difficile à concurrencer. »

Entrevues - Entretiens avec experts - Manufacturiers Innovants

À propos de Fruit d’Or

L’entreprise Fruit d’Or a été créée en 2000 par Martin Lemoyne, producteur de canneberges biologiques qui désirait commercialiser les petits fruits de ses fermes. Elle est rapidement devenue le chef de file mondial de la transformation des canneberges biologiques, détenant environ 75 % du marché. Avec 240 employés travaillant dans ses quatre usines, elle fournit des ingrédients à des transformateurs alimentaires situés dans plus de 52 pays. Fruit d’Or possède également une division de vente au détail active en Amérique du Nord.

Autres Témoignages et Experts

10 solutions de recrutement innovantes 10 solutions de recrutement innovantes 10 solutions de recrutement innovantes La pénurie de main-d’œuvre du secteur manufacturier n’est plus à démontrer:
en un an, le nombre de postes à combler a augmenté de 65%.
+
Manufacturiers innovants : 9 formations à découvrir Manufacturiers innovants : 9 formations à découvrir Manufacturiers innovants : 9 formations à découvrir L’adaptation du modèle dual à la réalité québécoise est un élément clé
pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre.
+
40 occasions de substitution à surveiller 40 occasions de substitution à surveiller Découvrez ces nouvelles avenues de croissance Les coûts invisibles de l’importation + Quels seront les emplois manufacturiers du futur? Quels seront les emplois manufacturiers du futur? Découvrez les rôles créatifs que nous réserve la 4e révolution industrielle! + Jean Marcoux Jean Marcoux Président-directeur général CIF Métal : de Thetford Mines à la planète + Robotique FIRST: rencontrez la relève! Robotique FIRST: rencontrez la relève! + Une lettre ouverte signée Pierre Gabriel Côté Une lettre ouverte signée Pierre Gabriel Côté Industrie 4.0, la révolution numérique incontournable + Nathalie Vallée Nathalie Vallée Directrice générale, Collège Ahuntsic Préparer la relève 4.0 avec les établissements scolaires + Yves Proteau Yves Proteau Coprésident, APN BIENVENUE DANS LA PREMIÈRE VITRINE 4.0 AU QUÉBEC! + Evelyn Trempe Evelyn Trempe Présidente L’AMOUR DU PAIN : QUAND LA BOULANGERIE INNOVE! + Lyne Dubois Lyne Dubois Vice-présidente au développement des affaires du CRIQ Comment réussir votre virage vers l’usine 4.0 + Louis Leclair, Éric Labbé et Charles-Antoine Gauvreau Louis Leclair, Éric Labbé et Charles-Antoine Gauvreau Trois fabricants nous parlent d’innovation + Pierre Lafrance Pierre Lafrance Technoconseiller du Réseau Trans-tech Besoin d’un coup de pouce pour faire du développement technologique? + Sylvie Pinsonnault Sylvie Pinsonnault Vice-présidente, Initiatives stratégiques et conseils au Comité de direction Bâtir le Québec industriel de demain + R. Mathieu Vigneault R. Mathieu Vigneault Président-directeur général, Réseau Trans-tech Les secrets d’une bonne formation 4.0 + Didier Culat Didier Culat Avocat-conseil, BCF Bien se préparer à l’accord Canada-Union européenne + Marc Langlois Marc Langlois Directeur régional Ouest de Montréal et Nord-Ouest du Québec L’innovation sur le terrain + Albert De Luca Albert De Luca Associé-fiscaliste, Deloite et président du Conseil de l’ADRIQ Accélérez l’innovation dans votre entreprise + Louis J. Duhamel Louis J. Duhamel Conseiller stratégique, Deloitte Pour rester en tête de la concurrence + Richard Blanchet Richard Blanchet Président-directeur général, STIQ 10 conseils pour vous +

Quoi de neuf