Yves Proteau

BIENVENUE DANS LA PREMIÈRE VITRINE 4.0 AU QUÉBEC!
Yves Proteau, Coprésident, APN
Yves Proteau
Coprésident, APN
BIENVENUE DANS LA PREMIÈRE VITRINE 4.0 AU QUÉBEC!
Lorsqu’on franchit les portes de l’usine de pièces métalliques d’APN à Québec, on se croirait plutôt dans une société de TI ultramoderne que dans un atelier d’usinage. C’est que cette entreprise familiale est l’une des PME québécoises les plus avant-gardistes, et qu’elle sert aujourd’hui de modèle industriel 4.0.

Le fabricant de pièces métalliques APN a amorcé son virage 4.0 au début des années 2000, en achetant une première machine d’outillage intelligente pour son usine de Québec. Peu à peu, ce type d’équipement s’est étendu à toute l’usine, qui se dote aussi de progiciels de gestion. La touche finale a été apportée il y a cinq ans, par l’implantation d’un système de production intégré par ordinateur. Elle est ainsi entrée de plain-pied dans l’ère du 4.0. Yves Proteau, coprésident, nous parle de cette transformation.

  • Le gouvernement du Québec a choisi votre usine comme vitrine 4.0. Qu’est-ce que cela signifie pour vous?
    « Il faut avoir un projet très innovant pour être considéré comme une vitrine 4.0. C’est ce que nous avons fait en transformant nos installations de Québec en usine intelligente, et nous en sommes très fiers! En acceptant de devenir une vitrine, notre principale motivation était de contribuer à la croissance des PME d’ici et au développement économique du Québec. Nous voulions nous ouvrir aux autres entreprises, afin qu’elles puissent s’inspirer de nos réalisations pour changer leurs façons de faire et prendre le virage 4.0. »

    Le fabricant de pièces métalliques APN a amorcé son virage 4.0 au début des années 2000, en achetant une première machine d’outillage intelligente pour son usine de Québec. Peu à peu, ce type d’équipement s’est étendu à toute l’usine, qui se dote aussi de progiciels de gestion. La touche finale a été apportée il y a cinq ans, par l’implantation d’un système de production intégré par ordinateur. Elle est ainsi entrée de plain-pied dans l’ère du 4.0. Yves Proteau, coprésident, nous parle de cette transformation.

  • Pourquoi avoir décidé d’entreprendre un virage vers le 4.0 ?
    « Ma philosophie a toujours été de demeurer à l’avant-garde. Dès mes débuts, je m’intéressais aux technologies et, il y a une trentaine d’années, j’implantais un premier progiciel de gestion intégré. Faire appel aux technologies est donc naturel pour moi, car c’est ce qui donne les meilleurs résultats. En 2004, quand je me suis joint à mon frère chez APN, j’ai continué à faire la même chose.
    J’étais convaincu que la réussite et la pérennité de notre entreprise passeraient par l’intégration des technologies numériques. Les résultats que nous avons obtenus confirment que c’était la voie à suivre, puisqu’entre 2004 et 2017 nous avons connu une croissance de 1 500 %. Nous exportons aujourd’hui plus de 80 % de notre production dans une vingtaine de pays.
  • Comment avez-vous effectué cette transformation ? 
    « À mon arrivée chez APN, l’usine de Québec était un atelier traditionnel, où on trouvait quelques machines à commandes numériques. Le changement s’est fait graduellement. La première étape, qui a duré autour de cinq ans, nous a permis d’amener l’usine au niveau 3.0. Nous avons notamment fait l’acquisition de nouveaux équipements et implanté des logiciels de gestion. Puis, nous avons appris à bien les utiliser.

    Depuis cinq ans, nous avons progressivement fait passer notre usine au 4.0. Cette deuxième étape, durant laquelle nous avons investi environ trois millions de dollars en programmation, nous a notamment permis d’interconnecter toutes nos machines et nos systèmes. Pour y arriver, nous avons d’abord engagé un stagiaire en mécatronique, puis un premier programmeur. Aujourd’hui, nous avons une équipe de cinq programmeurs et toute notre organisation travaille avec une approche 4.0. »

    Entrevues - Entretiens avec experts - Manufacturiers Innovants
  • En quoi ce virage a-t-il été déterminant pour APN ?
    « Notre productivité est montée en flèche et notre chiffre d’affaires a bondi, augmentant de 38 % en 2016 et en 2017. Cette croissance s’explique notamment par le fait que nous avons grandement amélioré notre efficacité et que la qualité de nos produits est constante. À titre d’exemple, nous travaillons depuis trois ans pour Pratt & Whitney et nous n’avons jamais eu de produits non conformes ou livrés en retard.

    Pour moi, le plus grand bénéfice est que nos décisions reposent maintenant sur des données. De plus, tout en accordant davantage d’autonomie aux employés, nous avons plus de contrôle sur ce qui se passe dans l’usine. Je sais, par exemple, si une machine est en panne et depuis combien de temps. »

  • Quel a été le défi le plus important de cette transformation ?
    « On me demande régulièrement s’il y a eu beaucoup de résistance de la part des employés et comment nous avons géré le changement. Je réponds que, selon moi, la résistance vient plus souvent des dirigeants. Pas chez APN toutefois, où l’équipe de direction m’a fait confiance et les employés, bien préparés et renseignés, ont participé à la transformation. Notre principal défi a plutôt été d’implanter le 4.0 tout en gérant une forte croissance et en faisant l’acquisition de trois entreprises, dont deux en Californie. »

  • Quels sont vos projets ? 
    « Nous travaillons à amener nos autres usines au niveau de celle de Québec. Les transformations sont cours. Ce n’est pas toujours parfait, mais ça avance. Nous continuons aussi à faire progresser notre usine de Québec, en l’automatisant davantage. La programmation nous permet, par exemple, de mieux utiliser les données pour effectuer plus efficacement les tâches administratives. »

  • Un conseil pour les entrepreneurs qui hésite à passer au 4.0 ?
    « Cessez de vous questionner et lancez-vous ! Commencez avec de petits projets. Si tout va bien, continuez. Sinon, arrêtez et repartez un autre projet. Évidemment, il faut un minimum de planification, mais n’attendez pas que toutes les conditions soient réunies pour passer à l’action. Vous hésitez encore ? Demandez-vous si vous voulez continuer à faire des affaires. Si oui, vous devez changer rapidement, car le 4.0 n’est plus une question de choix, c’est une question de survie. » 

Quoi de neuf

  • La toute nouvelle carte des manufacturiers innovants

    La toute nouvelle carte des manufacturiers innovants

    Cette carte est un outil virtuel permettant aux entreprises et professionnels un accès direct à l'écosystème de l'innovation manufacturière du Québec. La carte présente des entreprises innovantes ainsi que des associations et des centres de recherche pour soutenir l’innovation manufacturière.
  • Seconde édition du Forum stratégique sur le manufacturier innovant

    Seconde édition du Forum stratégique sur le manufacturier innovant

    La seconde édition du Forum stratégique sur le manufacturier innovant, une initiative d’Investissement Québec et de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, a rassemblé près de 800 participants. L’événement s’est déroulé en présence du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Dominique Anglade.