Sylvie Pinsonnault

Bâtir Le Québec industriel de demain
Sylvie Pinsonnault, Vice-présidente aux initiatives stratégiques et aux conseils au Comité de direction
Sylvie Pinsonnault
Vice-présidente aux initiatives stratégiques et aux conseils au Comité de direction

Bâtir le Québec industriel de demain

Les entreprises manufacturières du Québec font face à trois grands enjeux si elles veulent rester compétitives dans le contexte de l’industrie 4.0 :

  • Pallier l’écart de compétences et la pénurie de main-d’œuvre
  • Innover dans leurs procédés et leurs produits
  • Vendre à l’extérieur du Québec

Voilà le constat qu’Investissement Québec a pu faire avec ses partenaires et ce qui a lancé l’idée d’une grande mobilisation de tous les acteurs de l’écosystème manufacturier.

« Notre président-directeur général, Pierre Gabriel Côté, voulait créer un mouvement de concertation très fort pour dynamiser le secteur manufacturier et lui redonner ses lettres de noblesse », rappelle Sylvie Pinsonnault, vice-présidente au capital de risque, à l’innovation et au manufacturier innovant, à Investissement Québec, et co-leader de l’Initiative manufacturière. « Je suis emballée de porter ce projet avec lui. »

« Après avoir balisé les meilleures façons de faire dans les pays industrialisés les plus performants, dont l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud, la Suisse et Singapour, nous avons créé un groupe consultatif. Nous avons invité quatre acteurs clés dont la majorité des membres sont des manufacturiers à se joindre à nous : le Groupement des chefs d’entreprises, les Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Sous-traitance industrielle Québec (STIQ) et la Fédération des chambres de commerce du Québec. C’est avec eux que nous avons convenu de travailler sur trois enjeux prioritaires, avec l’appui d’un spécialiste reconnu du secteur manufacturier, Louis J. Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte. »

Après les enjeux, les solutions

Le mouvement a ensuite pris de l’ampleur avec la création de la table des partenaires influents, composée de 50 personnes, dont plus des deux tiers sont des entrepreneurs sélectionnés en fonction de leur expérience et des enjeux prioritaires.

Après plusieurs sessions de travail intense, les membres ont retenu 10 solutions, dont certaines se déploieront à court terme et d’autres, à moyen terme :

  • Lancer une campagne de sensibilisation et de valorisation. Une stratégie nationale de promotion des métiers et de valorisation du secteur manufacturier ainsi qu’une campagne publicitaire visant le grand public, les gens d’affaires et les acteurs clés sont en cours d’élaboration.
  • Créer un guichet unique : le portail Web Entreprises Québec regroupant toutes les mesures de soutien sera officiellement inauguré sous peu. Un service de conciergerie (téléphone et clavardage) sera aussi mis en place pour les entreprises et des outils de rétroaction seront mis à leur disposition.
  • Développer un accompagnement manufacturier innovant: un outil d’évaluation est en préparation qui permettra aux entreprises manufacturières d’obtenir une certification « manufacturier innovant ». On prépare également, pour les entreprises, un programme d’accompagnement au développement et à la commercialisation des produits innovants.
  • Soutenir l’innovation et la production locale des entreprises de transformation de deuxième et de troisième niveau : on étudie présentement quels produits importés pourraient éventuellement être fabriqués au Québec par des entreprises québécoises.
  • Établir un réseau d’échange et de partage d’expérience entre exportateurs: création de plusieurs communautés de pratiques formées d’entreprises non concurrentes, qui se réuniront six fois par année pour partager leurs meilleures pratiques innovantes.
  • Adapter le modèle dual à la réalité québécoise : un projet de formation appliquée en entreprise est prévu sur le modèle « industrie études » pour l’apprentissage initial et la formation continue de la main-d’œuvre.
  • Miser sur une immigration plus ciblée et mieux structurée pour combler les besoins de main-d’œuvre, notamment en région. Une stratégie de prospection et d’attraction des travailleurs sera élaborée afin de répondre aux besoins spécifiques du marché du travail dans les régions. Cette stratégie vise les secteurs prioritaires.
  • Inciter les entreprises à réaliser des projets collaboratifs en automatisation et en innovation de procédés dans le but d’améliorer leur compétitivité. Un programme de promotion sera lancé au printemps 2017 ainsi qu’un projet-pilote avec des entreprises privées ciblées dirigé par le CRIQ, qui deviendrait la plaque-tournante entre les entreprises, les universités, les CCTT et les autres organismes de recherche.
  • Former la prochaine génération de spécialistes en commercialisation dans le but d’aider les entreprises à percer les marchés d’exportation : un programme d’attestation d’études collégiales devrait être implanté dans des cégeps-pilotes d’ici six mois.
  • Fournir un appui financier aux entreprises manufacturières. Le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation a annoncé, en compagnie de Pierre Gabriel Côté, pdg d’Investissement Québec, l’allocation de 825 M$ sur trois ans (à même les fonds d’Investissement Québec et ceux du Fonds du développement économique) pour soutenir les entreprises manufacturières innovantes sur l’ensemble du territoire québécois.

Beaucoup de capital disponible

« Nous venons de faire l’état d’avancement, avec nos partenaires influents, du plan qui vise à dynamiser le secteur manufacturier, un plan qui comporte toutes ces solutions; tout se déroule comme prévu et il y a cohésion des forces vives. Je suis convaincue que nous allons changer l’écosystème manufacturier du Québec en continuant dans ce sens, car notre initiative a été pensée par des entrepreneurs, pour des entrepreneurs », poursuit Mme Pinsonnault.

« Il y a beaucoup de capital et de ressources disponibles au Québec pour appuyer les manufacturiers qui veulent innover. C’est ce que nous faisons valoir dans le cadre de la grande tournée Initiative manufacturière Investissement Québec dans toutes les régions du Québec. Ce qu’on veut maintenant, ce sont des projets! »

Entrevue réalisée en janvier 2017

Quoi de neuf

  • Un coup de pouce pour faire du développement technologique?

    Un coup de pouce pour faire du développement technologique?

    Les centres collégiaux de transfert de technologie du Réseau Trans-tech sont là pour vous aider. Contactez-les dès le début de votre projet pour avoir du soutien technique, faire de la recherche appliquée ou même tester des opérations robotisées. Entrevue avec Pierre Lafrance, technoconseiller du Réseau Trans-tech.
  • La tournée de l’Initiative manufacturière à Victoriaville

    La tournée de l’Initiative manufacturière à Victoriaville

    Près de cent personnes ont pris part au petit-déjeuner-causerie de la tournée manufacturière, à Victoriaville. Elles ont pu entendre nos excellents panélistes Stéphanie Chagnon, vice-présidente de Fruit d’Or, Alexis Boulanger, président de Roland Boulanger, et Christian Poudrier, président du Groupe Posi-Plus, parler de leurs projets d’innovation.