Richard Blanchet

10 conseils pour vous
Richard Blanchet , Président-directeur général, STIQ
Richard Blanchet
Président-directeur général, STIQ

Votre entreprise est-elle compétitive ?

Prendre le temps de bien répondre à cette question peut vous faire économiser temps et argent. « L’entreprise ne possède pas toujours l’information nécessaire pour bien cibler les solutions qui lui permettraient d’améliorer efficacement sa compétitivité. Recueillir des données, les analyser et les comparer à celles d’autres entreprises est sans doute la meilleure façon de prendre de bonnes décisions », conseille Richard Blanchet, président-directeur général de STIQ.

Les indicateurs

La mesure de la compétitivité prend en considération un ensemble d’indicateurs, les plus utilisés étant la qualité, les prix, la rapidité de livraison et la satisfaction des clients.

Pour affiner l’évaluation, l’entreprise peut y ajouter les indicateurs suivants :

  • la profitabilité par gamme de produits;
  • le montant des ventes par rapport au nombre d’employés;
  • la proportion des ventes provenant de nouveaux produits ou services;
  • les parts de marché gagnées sur les concurrents;
  • le pourcentage de soumissions obtenues.

« On peut aussi mesurer le degré de différenciation des produits, poursuit M. Blanchet. Ajouter une caractéristique à un produit peut en effet permettre de se démarquer de la concurrence. Cela est toutefois inutile si le client n’y voit pas d’avantages. Il faut donc aussi s’assurer que cette valeur ajoutée est perçue par le marché. »

Quand on se compare...

Après avoir mesuré la compétitivité, il faut établir ce qui doit être amélioré en priorité pour se démarquer de ses concurrents. « Il n’est pas essentiel de suivre les dix conseils ci-dessous. Je suggère plutôt de choisir ceux qui répondent le mieux aux objectifs de l’entreprise et aux moyens dont elle dispose », précise M. Blanchet.

  1. Comparez les indicateurs de compétitivité de votre entreprise à ceux d’autres entreprises du même secteur.
  2. Certains de vos clients utilisent des fiches d’évaluation de fournisseurs. Demandez s’il est possible de consulter la vôtre.
  3. Effectuez un sondage de satisfaction de la clientèle en y insérant des questions qui vous permettront de vous situer par rapport à vos compétiteurs.
  4. Mettez en place une cellule de veille concurrentielle. « Garder un œil sur son industrie est essentiel, assure M. Blanchet. Sinon, une entreprise pourrait, par exemple, ne pas déceler une tendance assez rapidement pour avoir le temps de s’ajuster et de demeurer compétitive. »
  5. Analysez les soumissions qui n’ont pas permis à votre entreprise d’obtenir de contrats. Vous pourrez ainsi connaître les points à améliorer.
  6. Devenez membre d’associations et de regroupements qui vous permettent de faire de l’étalonnage, c’est-à-dire comparer votre entreprise à d’autres, potentiellement meilleures dans certains domaines, et de vous en inspirer.
  7. Procurez-vous des données sectorielles que vous pourrez comparer à celles de votre entreprise.
  8. Participez aux programmes de développement des fournisseurs et autres initiatives du même type.
  9. Analysez le processus de réalisation des nouveaux projets, produits ou services, afin de faire encore mieux la prochaine fois
  10. Demandez à des experts objectifs et indépendants d’évaluer votre entreprise. « Ces experts possèdent une connaissance sectorielle approfondie, souligne M. Blanchet. Ils peuvent ainsi cibler les points à améliorer par rapport à ce qui se fait ailleurs. »

Pour M. Blanchet, une réflexion fondée sur ces indicateurs est un préalable à tout investissement visant à faire croître la compétitivité d’une entreprise. « Cette étape est trop souvent escamotée, affirme-t-il. Une entreprise aura beau investir dans l’installation d’un robot qui double le rythme de production, si aucune évaluation n’a permis de déceler que son manque de compétitivité se situe plutôt du côté de la durée de vie des produits, elle ne réussira pas à se démarquer de ses concurrents. »

Entrevue réalisée en décembre 2016

Sous-traitance industrielle Québec

Depuis près de 30 ans, STIQ cherche à améliorer la compétitivité des chaînes d’approvisionnement manufacturières québécoises. Elle favorise notamment les liens entre les différents maillons de ces chaînes et aide les entreprises qui en font partie à se développer en leur offrant des ateliers, des conférences et des programmes d’amélioration.

Quoi de neuf

  • Un coup de pouce pour faire du développement technologique?

    Un coup de pouce pour faire du développement technologique?

    Les centres collégiaux de transfert de technologie du Réseau Trans-tech sont là pour vous aider. Contactez-les dès le début de votre projet pour avoir du soutien technique, faire de la recherche appliquée ou même tester des opérations robotisées. Entrevue avec Pierre Lafrance, technoconseiller du Réseau Trans-tech.
  • La tournée de l’Initiative manufacturière à Victoriaville

    La tournée de l’Initiative manufacturière à Victoriaville

    Près de cent personnes ont pris part au petit-déjeuner-causerie de la tournée manufacturière, à Victoriaville. Elles ont pu entendre nos excellents panélistes Stéphanie Chagnon, vice-présidente de Fruit d’Or, Alexis Boulanger, président de Roland Boulanger, et Christian Poudrier, président du Groupe Posi-Plus, parler de leurs projets d’innovation.