R. Mathieu Vigneault

Les secrets d’une bonne formation 4.0
R. Mathieu Vigneault, Président-directeur général, Réseau Trans-tech
R. Mathieu Vigneault
Président-directeur général, Réseau Trans-tech

Les secrets d’une bonne formation 4.0

Pour une transformation réussie vers l’usine 4.0, les manufacturiers doivent se pencher sur la formation de leurs employés, un élément clé de succès. « Avec l’avènement du numérique, les métiers de l’industrie manufacturière demeurent sensiblement les mêmes, mais les façons de travailler se métamorphosent », fait remarquer R. Mathieu Vigneault, président-directeur général du Réseau Trans-tech.

De nouvelles compétences

Le savoir-faire, à la base des métiers techniques depuis toujours, s’enrichit maintenant de savoir-être et de savoir. Nous sommes loin du machiniste dont le principal outil est un tournevis. L’employé d’aujourd’hui doit, par exemple, interpréter l’information fournie par de l’équipement de plus en plus sophistiqué et contribuer à l’évolution de la chaîne de valeur, en collaborant davantage avec les différentes équipes.

Préparer la main-d’œuvre

Dans ce contexte, comment une entreprise qui veut prendre le virage 4.0 peut-elle bien former ses employés ? Voici cinq étapes incontournables, selon M. Vigneault.

  • Réfléchir. Les dirigeants doivent d’abord réfléchir à l’innovation dans son ensemble. En effet, l’innovation ne se limite pas au simple achat d’équipement. Il s’agit plutôt d’une attitude. Une entreprise qui veut devenir innovante s’engage dans un changement de culture qui doit être porté par ses dirigeants. De là découleront les étapes suivantes.
  • Informer. Dès que les dirigeants ont une vision claire de leur destination, ils doivent en informer les employés. Sachant qu’on les considère comme importants pour le succès du projet d’innovation, ces derniers y adhéreront plus facilement. « En dissipant les craintes dès le départ, on diminue les risques de résistance, souligne M. Vigneault. Il sera ainsi plus facile de parler des mesures à mettre en place pour atteindre les objectifs. Gérer le changement en amont est toujours préférable. »
  • Mobiliser. Les employés percevront plus favorablement un projet d’innovation s’ils savent que l’entreprise prévoit investir autant dans les technologies que dans la formation de sa main-d’œuvre. « En ce sens, la formation est une étape cruciale, affirme M. Vigneault. Un employeur qui mise sur la formation aura évidemment un équipement mieux utilisé, mais ses employés seront aussi plus motivés et plus disposés à jouer un rôle actif dans l’innovation. »
  • Planifier. En plus de la formation technique traditionnelle, les entreprises ont tout avantage à planifier un programme de formation qui ne se limite pas au poste de travail de l’employé. « Les employés ont tout avantage à bien comprendre la chaîne de valeur, explique-t-il. En ayant une vue d’ensemble de l’environnement dans lequel s’inscrit leur travail, ils peuvent plus facilement contribuer au processus d’innovation. »
  • S’entourer. Pour la formation, il faut s’adresser à Emploi-Québec. En parallèle, l’entreprise devrait explorer du côté du réseau collégial et des commissions scolaires, notamment. « Le Québec possède une offre de formation très développée, de même que des avantages fiscaux parmi les plus généreux du monde, rappelle M. Vigneault. Pour l’entrepreneur qui s’engage dans un changement de culture axé sur l’innovation, il suffit de reconnaître que la formation est une valeur ajoutée et de faire le premier pas. »

Entrevue réalisée en avril 2017

Réseau Trans-tech

Réseau Trans-tech regroupe tous les centres collégiaux de transfert de technologie et de pratiques sociales novatrices (CCTT) du Québec. Réunissant plus de 1 300 chercheurs, ingénieurs et technologue, les CCTT sont des centres de recherche appliquée, qui ont pour mission d’accompagner les entreprises dans leurs projets d’innovation.

Quoi de neuf

  • Investissement Québec soutient deux entreprises manufacturières beauceronnes

    Investissement Québec soutient deux entreprises manufacturières beauceronnes

    De passage à Saint-Georges ce matin, dans le cadre de la tournée de l’Initiative manufacturière, Investissement Québec a annoncé qu’elle finançait les projets d’innovation de deux entreprises manufacturières beauceronnes : Matiss et Safari Condo.
  • En marche vers la 4e révolution industrielle

    En marche vers la 4e révolution industrielle

    L'avenir du secteur manufacturier passe par la connectivité complète des usines, selon le professeur Jonathan Gaudreault, de l'Université Laval. «Il y a des cas concrets, et le Québec a des leaders. Je suis très impressionné par la croissance phénoménale d'APN, qui fait de l’usinage de pièces métalliques de haute précision. Toute sa philosophie est basée sur l’idée de l’industrie 4.0.»